Notre quartier général - le wannigan

«Nous décidons d’installer le campement sur une pointe rocheuse s’avançant sur le lac. Pendant que Yves monte la tente sous le couvert forestier, tout près, et l’aménage avec le matériel pour la nuit, ma première tâche est de fixer la bâche qui deviendra notre aire de vie. Une fois établie, j’y place notre wannigan au centre, devant le foyer de cuisson. De chaque côté du wannigan, j’installe nos chaises, ouvre le coffre et sors la bouilloire, le thé, les casseroles et nos tasses, que je place sur le couvercle qui sert de table. Nous voilà confortablement installés pour la nuit ou les prochains jours. Il ne reste plus qu’à récolter le bois mort, le débiter pour partir le feu et préparer le thé. Il n’est pas très long avant que la bouilloire soit suspendue sur le feu et que le thé soit prêt. Nous nous assoyons de chaque côté du wannigan, nos tasses de thé fumant à portée et savourons ces moments de grâce alors que le soleil descend lentement vers l’horizon marqué par la lisière d’arbres sur la rive opposée.» (Extrait de mon carnet de voyage)

Après avoir utilisé des matériaux et des équipements modernes, je suis graduellement revenu à utiliser des équipements de l’époque classique des voyages par canot, c’est à dire la période de la première moitié du XXe siècle. En étudiant l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs ainsi que les techniques qu’ils utilisaient, j’en suis arrivé à trouver que ces équipements sont tout aussi fonctionnels, souvent mieux adaptés à la vie en forêt, plus robuste et esthétiquement supérieur aux équipements modernes. 

Mon canot est fait de cèdre et toile, mes avirons de forme traditionnel sont en bois et mes équipements sont transportés dans des sacs de toile cirée. 

Pour notre voyage de trois semaines à Quetico, l’été dernier, nous avons ajouté un wannigan. Cette boite de bois s’est révélé être notre quartier général - la pièce maitresse de la vie au campement ; il abritait une partie de la nourriture, notre dépense et nos équipements de cuisine.

Depuis plus de 200 ans, les wannigans font partie des voyages en canot. Leur utilisation remonte aux mains de nos ancêtres, les hardis voyageurs de la Compagnie du Nord-Ouest, puis de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Pour eux, il s'agissait d'un dispositif de stockage fonctionnel qu'ils transportaient sur des centaines de kilomètres de forêt boréale infestée de moustiques, jour après jour. À l'intérieur de cette boîte mystérieuse se trouvaient de nombreux trésors essentiel lors des campements : casseroles, poêles, lampes à huile, jeux, allumettes et bien d'autres choses encore.

Wannigan est apparemment un emprunt à l'ojibwa waanikaan, "fosse de stockage", un mot dérivé du verbewaanikkee-, "creuser un trou dans le sol". Des citations datant des années 1800 dans l'Oxford English Dictionary indiquent que le mot était alors associé principalement au langage du Maine.

Dans cette vidéo, je vous explique ce qu'est un wannigan, son histoire, comment le transporter et en quoi nous trouvons que c'est une pièce d'équipement que le voyageur sur le territoire doit considérer.

~~~~~

Vous avez apprécié cet article? 

Si vous aimez lire mes textes, regarder mes photos ou visionner mes vidéos sur ma chaine YouTube, merci de considérer m'offrir un (ou plusieurs) café de temps en temps afin de supporter mon travail et montrer vos marques d'appréciation pour un contenu que je veux avec le maximum de qualité.

Ce lien vous permet d'accéder à un espace où vous pouvez facilement faire un don de 3$ en toute sécurité, soit l’équivalent de m'offrir un café, et laisser un message. Vous n'avez même pas besoin de créer un compte !

Ce lien vous permet également d'accéder un espace de discussion, d'échanges et d'interactions avec moi en laissant un commentaire sous la publication «Autour du feu de camp avec M-A Pauzé».

Merci et au plaisir!


Abonnez-vous

* obligatoire
Langue *